Roni Munk MD. 1538 Rue Sherbrooke O #410, Montréal, QC H3G 1L5, Canada

TRAITS TIRÉS, ONGLES RONGÉS ET BOUTONS INOPINÉS: IL N’Y A PAS DE DOUTE, LE STRESS NOUS REND MOCHES. COMMENT LUI FAIRE LA GUERRE? EN S’ÉDUQUANT SUR LA MATIÈRE ET EN ADOPTANT UN PLAN BEAUTÉ APAISANT JUSTE À TEMPS POUR LE MARATHON DES FÊTES. À VOS MARQUES. PRÊTES? RELAXEZ! texteLAURENCE LÉVY

A h, le stress! On le vit toutes à différents degrés, que ce soit à un moment ou un autre. Devant notre big boss
ou en tête à tête avec notre liste de shopping de Noël, notre cœur se met à battre la chamade, la sueur perle sur notre front, et notre salive devient plus âcre et épaisse. Il est vrai qu’à faible dose, le stress peut être une bonne chose. Il entraîne une sécrétion de cortisol — l’hor-mone du stress — qui met notre organisme en position de défense (contre les fameuses grippes saisonnières, par exemple). Par contre, ses effets sont nettement moins positifs lorsqu’il devient important ou chronique: le corps libère alors ses sucres et ses gras pour se protéger des pertes d’énergie. S’ensuivent une fatigue aiguë et, dans la foulée, de l’angoisse, des pertes de mémoire, de l’insomnie.

Mais comment agit le stress sur notre beauté? «De nom-breuses études montrent que l’augmentation draconienne du niveau de cortisol dans le corps humain peut avoir plu-sieurs effets sur l’épiderme, variant d’une personne à l’autre», explique Anik Kerr-Denis, chargée des relations scientifiques chez Vichy. «Cependant, ce qui est certain, c’est

que cela cause des problèmes pathologiques comme l’acné, la rosacée, l’eczéma et le psoriasis, de même que le vieillis-sement cutané prématuré (mine fatiguée, teint terne, rides, pattes d’oie).» Les résultats les plus courants? L’apparition subite de rougeurs, de comédons et de ridules de déshy-dratation, un cuir chevelu irrité, une chute de cheveux plus ou moins importante, des cernes bleuâtres qui se creusent sous les yeux et des ongles rongés. Rien de très glam, quoi. Mais le Dr Roni Munk, dermatologue et fondateur de la clinique Roni Munk MD, à Montréal, se montre optimiste. «Il est possible de réduire l’impact du stress sur l’épiderme en dormant bien et longtemps, en faisant de l’exercice régu-lièrement, en s’hydratant adéquatement et en ayant une bonne alimentation», confirme-t-il. La Dre Amy Wechsler, der-matologue et psychiatre new-yorkaise réputée, ajoute: «S’ac-corder du temps tous les jours pour prendre soin de soi et de sa peau détend le corps tout entier et diminue radicalement le niveau de stress.» Pour le reste, on consulte cet inventaire détaillé des petits bobos engendrés par l’anxiété et des bons trucs pour les soigner… quotidiennement et durablement.